Les aventures d'Albert...

Co-fondateur d'AD2 Productions, Albert Drandov, c'est LE monsieur BD d'AD2! Fort d'une formation d'historien et journaliste pendant quinze ans (Canard Enchaîné, Charlie Hebdo, Journal du Dimanche...), il devient scénariste BD début 2000, et décide de poursuivre ses investigations journalistiques sous forme de bandes dessinées. Son premier ouvrage "Amiante, chronique d'un crime social" (collectif) décroche le Prix Tournesol à Angoulême, tandis qu'"Au nom de la bombe. Histoires secrètes des essais atomiques français" (avec F. Alarcon au dessin) est nommé pour le Prix France Info de la BD reportage. Journaliste BD en presse écrite, radio, TV, il signe divers reportages BD pour les revues XXI, Casemate ou El Watan et multiplie les interventions publiques (en France, en Espagne, Palestine...) autour de la BD sociale et historique. Albert Drandov est à l'origine du Salon Del Comic social de Barcelone et le créateur d'une dizaine d'expositions BD itinérantes sur des thèmes liés à l'Histoire et à des sujets de société.

Albert est directeur de publication de la revue BD "L'homme des banlieues" (créée par Xavier Girard), sélectionnée en 2005 au Festival d’Angoulême pour le prix de la BD Alternative.

Œuvre collective (onze auteurs au dessin), Amiante, chronique d'un crime social, qui évoque le plus grand scandale sanitaire français (100 000 morts attendus en vingt cinq ans), décroche le Prix Tournesol (meilleure BD "écolo-citoyenne") en 2006 à Angoulême.

BD européenne parue en 2009 à l'initiative de cinq syndicats du vieux continent, traduite en cinq langues, "Merci Patron" aborde les effets du libéralisme économique sur la santé au travail. 30 000 exemplaires ont été diffusés aux salariés via des syndicats britanniques, français, espagnols, hongrois et bulgares.

Sélectionné pour le Prix France Info de la BD en 2010, l'album "Au nom de la bombe. Histoires secrètes des essais atomiques français" a fait l'objet de nombreuses interventions publiques et d'une exposition présentée notamment au Musée de la culture polynésienne à Papeete.

La revue XXI, qui raconte le monde avec des articles

au long cours, a dit banco à  l'idée d'Albert de conduire une enquête dessinée sur la répression des intellectuels qui veulent en savoir trop en Turquie. Un travail journalistique mené à Istanbul début 2013 en compagnie du dessinateur espagnol Alberto Giménez Alburquerque et édité sur 30 pages dans le N°24 de la revue, à l'automne 2013.

Comment se porte la BD en France?
"Très bien! Elle aligne près de 5000 nouveautés et autour de 43 millions d'albums vendus chaque année. On compte près de 400 éditeurs de BD et le chiffre d'affaire du secteur avoisine les 500 millions. Pendant ce temps, la situation économique des auteurs se dégrade chaque jour. "

A quel type de public s'adresse AD2 Productions?

"Surtout aux non spécialistes, curieux du monde et ouverts aux plaisirs du dessin. Nos ateliers BD ou manga font le plein. Même chose pour les débats et les séances dédicaces, organisés sur les thèmes d'actualité, sociaux ou historiques. Lesquels permettent de mélanger les publics sur des thèmes forts de société ou sur la mémoire collective. "

Pas trop pointue comme proposition?

"Pour moi, la BD peut être plus que de la BD. C'est un objet de curiosité, d'ouverture d'esprit, de confrontation avec le réel. Les expositions BD telles que nous les concevons (légères, facilement transportables) donnent l'occasion d'aborder des évènements ou des thèmes forts (l'écologie, le travail, la guerre d'Espagne, l'Afrique...etc), à destination des jeunes, par exemple, via les enseignants, les bibliothécaires, souvent demandeurs de supports de ce type.

Quel est votre rôle en tant que directeur du département BD?

Notre métier de consultant BD, c'est d'abord de bien entendre les envies du public mais aussi de proposer une plus value en terme de contenu. Par exemple, le Prix de la BD sociale et historique dont je m'occupe depuis des années pour le compte des C.E. de la SNCF attire de très nombreux lecteurs qui nous disent tous qu'ils ne soupçonnaient pas une telle qualité narrative et graphique sur des thèmes pareils. C'est un bel hommage aux auteurs qui mettent souvent beaucoup de coeur dans leurs albums. Enfin, dans les "fêtes de la BD", dont nous assurons la programmation, nous tentons des expériences: concerts dessinés avec de la musique classique, impro-BD... Bref, avec la bande dessinée, qui a un très fort capital de sympathie, tout est ouvert."

Diriez-vous que vous valorisez une BD engagée?

"Reprenant un mot de Camus, je parlerais plutôt d'une BD "embarquée dans ton époque"."
 

L'interview d'Albert...

43 Rue de Trévise

75009 – Paris 

ad.ad.prod@gmail.com

+ 33 (0) 9 51 77 08 98

  • Facebook d'AD2
  • Instagram
  • Linkedin AD2
  • Youtube AD2